Vous êtes ici...

Pas de traduction pour ce texte.

Les homélies de Frère Christophe sont parues dans :
Adorateurs dans le souffle, Homélies pour les fêtes et solennités (1989-1996), Éditions de Bellefontaine, Série "Paroles" n°3, 2009.
Lorsque mon ami me parle, Éditions de Bellefontaine, 2010.
Les homélies de Frère Christian sont parues dans :
L'autre que nous attendons, Homélies de Père Christian de Chergé (1970-1996), Les Cahiers de Tibhirine n°2, Abbaye d'Aiguebelle, 2006.
Les citations bibliques sont mises en italiques.
Les peintures sont de Berna (www.evangile-et-peinture.org)
Pas de traduction pour ce texte.

au fil liturgie nativite NOËL est là, toute la journée. L’Église se souvient. Comme la mère reprenant en mémoire les premières heures.
NOËL s’en va, déjà… Nous voici projetés en avant du temps, hors du temps, un destin unique, plus grand que nous. Nous pensions qu’il était comme nous…

L’enfant nous échappe – interrompu – dérobé ? Nous cherchons l’enfant…
L’enfant, nous croyons savoir, connaître. Il est derrière nous celui que nous étions. Nous le cherchons en arrière, encore un peu au dedans. Nous le cherchons en tout enfant : provisoire…, fragile… négligeable (embarrassant), tourné vers l’âge adulte.
Cet Enfant-là, pourquoi pas ?

Pas de traduction pour ce texte.

au fil liturgie epiphanie Dieu fait signe !

Á chacun le sien, ajusté, adapté… les mages, habitués à scruter le ciel, y voient cette étoile. Les bergers ne connaissaient sans doute que l’étoile du berger… ils ont eu leur signe, une mangeoire.
Joseph a eu son signe : la ville de David, une vierge…
Les scribes et les prêtres ont été interpellés par les Écritures.
Hérode : le roi.Jérusalem : ces païens qui affluent lui demandant Lumière.
Les brebis du troupeau elles-mêmes… ce « Pain » du creux de leur mangeoire.

Pas de traduction pour ce texte.

au fil liturgie bapteme Des racines et des ailes …

De l’Épiphanie, célébrée dimanche dernier, au Baptême d’aujourd’hui, plus de 30 ans se sont écoulés… Trente années éclipsées en une semaine, entre deux signes fugitifs dans le ciel, une étoile et une colombe, et ces deux signes ont paru si proches si concordants, que l’Orient a même confondu ces deux fêtes en une seule.

Il nous arrive, à nous aussi, de célébrer un anniversaire d’adulte, celui du mariage par exemple, ou, plus adéquatement peut-être, celui de notre profession religieuse, de notre ordination, à peu de distance de notre naissance. Pour autant, nous savons l’importance d’étapes qui nous ont conduits de l’un à l’autre de ces évènements, et le prix de ce long mûrissement, de cette patiente adoption à notre métier d’homme et à la place très spécifique que nous nous sommes sentis appelés à tenir dans la communauté humaine. Dix fois, vingt fois, trente, peut-être, nos parents se sont rappelés avec nous ce mystère joyeux de notre venue au monde. Et puis…